Critical Thinking

Le par semaine. Des combinaisons des exercices physiques

 

Le risque des
maladies cardiovasculaires est affecté par l’exercice physique, ainsi on trouve
plusieurs études qui rapportent une forte relation inversement proportionnelle
entre l’activité physique et la mortalité due aux maladies cardiovasculaires (Kokkinos P., 2010) (Myers J., 2002) (Leeper
N., 2013) (Stamatakis E., 2013) (Wickramasinghe CD., 2014) (Joyner
MJ., 2009).

Il existe
plusieurs types d’entrainement physique selon le niveau d’énergie dépensé durant l’exercice et le temps de cet exercice. Le
terme « dose » est utilisé fréquemment dans la description de
l’activité physique, mais « dose » peut être interprétée de plusieurs
façons – en tant qu’une quantité totale d’activité physique (c’est-à-dire l’énergie
totale dépensée) ou en tant
d’intensité, de la durée ou de la fréquence d’activité (Haskell WL., 2007). Il est donc
nécessaire de décrire une activité physique en fonction de son intensité, sa
durée et sa fréquence.

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

Les
activités physiques sont classées en deux catégories l’entrainement physique
intensif et l’entrainement physique modéré.

Une
relation inverse entre cette activité physique et le risque des maladies
cardiovasculaires persiste toujours même après avoir pris compte des facteurs
des facteurs de risques tels que : la pression artérielle, et le diabète (Paffenbarger RS Jr., 1986) (Kokkinos P., 2012) (Shiroma
EJ., 2010).

Selon les recommandations de l’American College of Sports Medicine
(ACSM) et  l’American Heart Association
(AHA) publiées en 2007, dans le journal de “Circulation” (Haskell WL., 2007) : pour
promouvoir et maintenir une vie saine, les adultes en bonne santé âgés de 18 à
65 ans ont besoin de faire de l’activité physique en aérobie à une intensité
modérée pendant un minimum de 30 minutes, cinq jours par semaine ou une
activité en aérobie intensive pour un minimum de 20 minutes, trois jours par
semaine.

 Des combinaisons
des exercices physiques modérés et intensifs peuvent être réalisées pour
répondre à ces recommandations.  Par
exemple, une personne peut répondre à ces recommandations en marchant
rapidement pendant 30 minutes deux fois par semaine, puis faire du jogging-plus
intense- pendant 20 minutes deux autres jours de la semaine (Haskell WL., 2007).

    
I.     Entrainement physique et hypertension (effet sur la pression artérielle
et la fréquence cardiaque).

L’hypertension, aussi connue comme
le « tueur silencieux », est un problème de santé assez répandu dans
la population adulte. Le risque de l’hypertension est associé aux maladies
cardiovasculaires, qui constituent la première cause de mortalité dans le monde
entier (La fédération francaise de
cardiologie, 2017).  

Le manque d’activité physique (la
sédentarité) constitue l’un des facteurs de risque de l’hypertension
artérielle. Pour le calcul d’un risque cardiovasculaire chez les patients,
plusieurs facteurs autres que la pression artérielle élevée, sont prises en
compte : l’âge, le tabagisme, la prédisposition génétique, le diabète, un
niveau de LDL-cholestérol supérieur ou égale à 1,60 g/l, et de HDL-cholestérol
inférieur ou égal à 0.40 g/l, l’obésité, la sédentarité, et la consommation
d’alcool.

L’estimation du risque
cardiovasculaire chez les hommes et les femmes se fait en fonction de la valeur
de la pression artérielle : si la valeur de la pression artérielle est
supérieure à 180 mm Hg (pour la pression systolique)/110 mm Hg (pour la
pression diastolique), le risque cardiovasculaire est considéré comme élevé
quels que soient les autres facteurs de risque (Recommandations de l’Agence nationale d’accréditation et
d’évaluation en santé (Anaes),  2008).

Un
nombre important d’études a été réalisé pour déterminer l’intensité optimale
d’un entrainement physique capable de réduire la pression artérielle, mais les
variations interindividuelles ne permettent pas de donner une valeur fixe – il
faut donc adapter cela à chaque individu en fonction de ses caractéristiques
physiques.

L’entraînement
physique entraîne une variété de changements au niveau des fonctions
cardiovasculaires, comme la baisse de la fréquence cardiaque, la diminution de
la pression sanguine, favorise les adaptations des muscles squelettiques et
cardiaque, change le volume du sang circulant. Cet ensemble représente les bénéfices
de l’activité physique dans le cadre de la prévenions des maladies
cardiovasculaires (Kojda G., 2005).

Ainsi, l’entrainement physique
protège contre les maladies cardiovasculaires (Pedersen BK., 2006),
et le diabète de type 2 (Miele EM., 2017) et l’hypertension
artérielle (Diaz KM., 2013). Il est également utilisé comme un
traitement efficaces de ces maladies tels que : l’ischémie (Powers SK., 2014),
l’insuffisance cardiaque, la maladie pulmonaire obstructive chronique, le
diabète de type 2 et l’hypertension artérielle (Börjesson M., 2016) (Hamer M.,
2006). 

 

II.     Effet de l’entrainement physique sur la structure et la fonction
vasculaire

Quand à son effet sur le système
vasculaire, qui nous intéresse le plus dans cette étude, l’exercice physique
est connu de réduire le risque des maladies cardiovasculaires et il est capable
d’induire une adaptation vasculaire fonctionnelle aussi bien que structurelle (Green DJ., 2008)
(Joyner MJ., 2009).

De point de vue structurel, plusieurs explications mécaniques existent, une de
ces explications est que l’exercice a un effet direct, ou “primaire”
sur la structure des artères. Ceci s’explique par l’exposition répétée des
artères à des augmentations de tension artérielle, du débit sanguin et des
cisaillements artériels (shear stress) qui surviennent lors de chaque session
d’entrainement physique (Fig. 24) (Green DJ., 2017).  Cette hémodynamique répétée rend les artères
adaptables à de telles augmentations. Ces adaptations induite par l’exercice au
niveau de la paroi vasculaire qui sont anti athérogènes (qui s’opposent à la
genèse de l’athérosclérose) (Green DJ., 2008) (Joyner MJ, 2009),
ces adaptations comprennent les effets sur l’endothélium, la fonction des cellules
musculaires lisses, et le remodelage structurel des artères.

Concernant les
adaptations vasculaires fonctionnelles, la plupart des études se concentrent
sur la voie de la vasodilatation médié par le monoxyde d’azote NO. Moins de
donnés sont disponibles sur les changements induites par l’entrainement
physique sur la fonction vasculaire médié par les prostaglandines (Hellsten Y., 2012).

De même, les donnés sur l’effet de l’exercice sur l’endothéline et la vasoconstriction
médié par l’angiotensine sont rares et les impacts de l’entraînement ne sont
pas particulièrement bien décrits (Maeda S., 2001) (Adams V., 2005) (Thijssen
DH., 2007) (Van Guilder GP., 2007) (Nyberg M., 2014).

Aussi, l’impact de
l’entraînement physique sur la 
régulation sympathique  de la
fonction vasculaire n’est pas définitivement établi. D’un part, il est clair
que l’exercice modifie l’équilibre autonome en faveur de la fonction parasympathique
par rapport a celle du système sympathique (Pagkalos M., 2008) (Mueller
PJ., 2010) (Munk PS., 2010), suggérant que la diminution du
tonus vasoconstricteur peut contribuer aux changements induits par
l’entraînement dans la régulation vasculaire.

D’autre part,
certaines études suggèrent que l’entraînement peut augmenter le ton
vasoconstricteur sympathique au repos (Alvarez GE., 2005) (Sugawara J., 2007),
alors que d’autres suggèrent que les contrôles nerveux sympathiques au repos et
durant l’exercice diffèrent après l’entraînement (Ray CA., 1999).

Il est donc logique de proposer que l’augmentation d la capacité et la fonction
vasodilatatrice artérielle induite par l’entrainement physique sera compensée
au repos, par une augmentation du tonus sympathique capable de rendre le débit
sanguin et le diamètre artériel inchangés. Cette proposition nécessite d’autres
recherches et la situation peut être différente chez les sujets sains et ceux
avec une fonction sympathique élevé à priori (Roveda F., 2003) (Carter
JR., 2015).

x

Hi!
I'm Simon!

Would you like to get a custom essay? How about receiving a customized one?

Check it out